Pour revenir à la page principale cliquez sur ce lien.



lundi 8 août 2011

Stéphane a écrit :

Le mouvement des indignés n'est il qu'à ses débuts ?

Le mouvement des indignés a démarré en Espagne le 15 mai 2011. Il s'agit d'une suite de manifestations pacifiques spontanées réunissant plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers toute l'Espagne.
Ce mouvement, né de la crise économique qui touche particulièrement l'Espagne avec son lot d'injustices (Par exemple, le chômage touche 40% des jeunes espagnols) s'est inspiré des printemps arabes, des mouvements sociaux en Grèce, en Islande, au Portugal mais aussi de l'œuvre de Stéphane Hessel : Indignez-vous ! (d'où le nom des "indignados").
Ce mouvement se caractérise par :
  • L'absence de lien avec des partis politiques ou des syndicats, c'est une mouvement apartisan et citoyen.
  • La dénonciation d'un système politique oligarchique et bipartite qui ne prend pas en compte les désirs des citoyens.
  • La dénonciation des grands média qui minimisent un mouvement d'une ampleur inédite depuis la fin de la dictature franquiste.
  • Une extension rapide et internationale.
Le ras le bol du système politique espagnol et de sa corruption forme le socle commun de revendications à partir duquel diverses réflexions et opinions se greffent, des plus modérés (meilleure compréhension des citoyens de la part des hommes et femmes politiques) aux plus radicales (révolution citoyenne pour changer le système politique espagnol).

Des revendications sociales émergent aussi, bien entendu, de ce mouvement, même si celles ci sont plus hétérogènes en raison de la diversité des manifestants.
On peut noter, tout de même comme point commun, une critique sévère des politiques d'austérité décidées par le gouvernement espagnol (socialiste), qui vont accentuer les inégalités déjà importantes du fait de politiques néo libérales menées (comme ailleurs en Europe) depuis des années.

Ce mouvement initié en Espagne s'est, peu à peu, propagé dans d'autres pays, parfois en solidarité avec le peuple espagnol, mais surtout en raison de causes similaires à celles présentes en Espagne (austérité, chômage, pauvreté, systèmes démocratiques sclérosés ...) . Ces mouvement connaissent des succès diverses :

  • En France, le mouvement est resté assez confidentiel et s'est constitué surtout en soutien au peuple espagnol dans diverses villes. Le mouvement d'ampleur sur les retraites en 2010 a probablement un impact sur la faiblesse du mouvement en France. Mais les mesures d'austérité à venir laissent à penser que ce mouvement, bien que confidentiel pour le moment, pourrait s'affirmer en France, patrie de Stéphane Hessel.
  • Le peuple grec, le plus touché par les mesures d'austérité, après un moment d'incertitude est lui aussi descendu dans la rue suivant l'exemple espagnol.
  • Mais, là ou le mouvement des indignés a le plus explosé, hors d'Espagne, est un pays que l'on n'attendait pas. En effet, Le peuple israélien, s'est lancé à son tour dans un mouvement d'indignation jamais vu jusqu'à présent (des centaines de milliers de manifestants à Tel Aviv). Le conflit israélo/palestinien a caché aux yeux du monde le fait que la société israélienne, une des plus égalitaire dans les années 50 s'est progressivement changée en laboratoire des thèses économiques néo-libérales. Ceci a pour conséquence un appauvrissement dramatique d'une part importante de la population au bénéfice d'une minorité qui profite, notamment, de l'industrie de la sécurité et de la guerre. Les revendications des indignés israéliens sont "moins pour la sécurité et plus pour l'éducation et la santé".
Sans oublier tous les autres mouvements de protestation en Europe et dans le monde : Inde, Chili, Italie, Royaume Uni, Syrie, Grèce ... qui donne un gout de réveil démocratique à cette année 2011.

Ces mouvements citoyens européens (et israéliens) comme les révolutions arabes (dans un contexte différent) semblent être une réponse aux politiques néo libérales menées et imposées par les autorités (de gauche et de droite), que ce soit dans des régimes de démocratie libérale ou des dictatures.
Ces politiques amènent à la privatisation de toute l'économie ayant pour conséquence un retrait progressif du choix citoyen dans l'économie (autrement dit une réduction de la démocratie) et une polarisation extrême de la richesse entre les mains d'un nombre de plus en plus réduit de personne, entrainant le reste de la population dans un mouvement général de paupérisation.

Il est donc temps de dire BASTA YA !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire