Pour revenir à la page principale cliquez sur ce lien.



lundi 13 février 2012

Stéphane a écrit :

Le peuple grec sombre et l'Europe se cache les yeux !


Avec le "vote" par le parlement grec d'une nouvelle cure d'austérité, le peuple grec subit une nouvelle saignée ultra-libérale qui l'enfonce toujours un peu plus vers la pauvreté. Que fait la commission européenne, le FMI, Sarkozy ou Merkel ? Ils se félicitent !!

De quoi se félicitent ils ? que les créanciers de la Grèce récupèrent leur mise ? que la Grèce soit le premier pays européen à subir la cure néo-libérale qu'ils pourront appliquer ailleurs ? ou de voir un peuple entier être humilié et sombrer ?

Ce pays est au bord de la révolution, mais rien ne semble faire bouger les dirigeants à la tête de l'Europe et des États qui la compose. Ces gens sont complètement coupés des réalités et n'ont qu'une vision financière dans laquelle la fin (rembourser les créanciers) justifient les moyens ( une saignée sociale sans précédent).

Afin de justifier ces mesures une propagande inique, relayée par nombre de média, s'est mise en place consistant à distiller l'idée que tout ça c'est "bien fait pour les grecs", un pays de faignants roublards qui a vécu au crochet du reste de l'Europe.
La réalité est bien sûr très loin de ces bobards d'autant plus que ceux qui sont les principales victimes de ces régressions sociales (fonctionnaires, retraités, petits salaires ) ne sont pas ceux qui ont entrainé ce pays dans l'abime (armateurs, banquiers). A l'inverse, les armateurs ne paieront toujours pas d'impôts à l'avenir ....

La Grèce est le laboratoire dans un autre domaine, le technocratie. Le peuple étant trop "irresponsable" pour la troïka, il est bien plus légitime de mettre le gouvernement entre les mains d"experts" et de "technocrates", désignés par les marchés financiers et non par le peuple. C'est, bien sûr avec une grande "neutralité" que ces gouvernements vont œuvrer pour le bien du pays ...
La démocratie n'est bonne que quand elle n'indispose pas les tenants d'un monde où la finance règne en maitre.

La Grèce nous montre-t-elle le futur de l'Union européenne ? un ensemble de technocraties inhumaines où les marchés financiers dictent leurs lois et où les élections ne sont là que pour "faire semblant" ?
.... Mais finalement c'est probablement déjà le cas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire