Pour revenir à la page principale cliquez sur ce lien.



samedi 12 mai 2012

Stéphane a écrit :
Les étudiants québecois font leur 
printemps érable.

Depuis 3 mois, les étudiants de la province francophone canadienne sont en lutte pour contrer la volonté du gouvernement de la province de multiplier par 2 les frais de scolarité dans les universités du Québec. Cette volonté du gouvernement libéral (centre droit au sens canadien) est une nouvelle tentative d'imposer les recettes néolibérales à une population qui n'en veut pas. Le gouvernement appuyé par les demandes des directeurs d'université souhaite augmenter les frais de scolarité sous prétexte de rendre les universités québécoises "compétitives" par rapport à leurs voisines canadiennes et américaines. Mais cet alignement sur les universités anglo-saxonnes signifiera un accroissement des inégalités d'accès à l'université, les plus pauvres ne pouvant y accéder ou au prix d'un endettement qu'ils subiront toute leur vie. La conception du "je paye donc j'ai droit à mon diplôme" heurte de plein fouet cette société québécoise pour qui l'égalité de ses membres à toujours été une valeur beaucoup plus marquée que dans le reste du continent nord-américain.
    Cette révolte est un énième épisode des révolutions et révoltes qui ont secoué le monde depuis 2 ans pour contrer le règne de la finance et de l'ultralibéralisme qui ne font qu'accentuer les inégalités entre une minorité toujours plus riche et une majorité qui sombre progressivement dans la pauvreté avec la baisse de l’accès à des services essentiels (santé, éducation).
    Donc ce mouvement québécois sans précédent, un an après l’émergence du mouvement des indignés, doit nous interpeller ici en Europe, car il prouve que le néo-libéralisme prôné par nos gouvernements et l'union européenne à travers "l'austérité" n'est pas une fatalité et qu'il est possible d'y résister en imposant sur la place publique le débat sur la solidarité et l'accès à tous à une place dans la société. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire