Pour revenir à la page principale cliquez sur ce lien.



lundi 3 septembre 2012

Stéphane a écrit :
Le pacte budgétaire européen ou l'austérité pour l'éternité !
Le gouvernement s’apprête à faire voter par le parlement en octobre le pacte budgétaire décidé par les droites européennes. 

Au delà de cette énième poussée libérale de nos gouvernants (de gauche ou de droite), l'adoption de ce texte gravera dans le marbre l'austérité pour la majorité de la population au bénéfice d'une minorité d'épargnants.
Ce traité consiste principalement en une "règle d'or" qui consiste à ce que le déficit budgétaire ne devra pas dépasser 0.5% du PIB (richesse produite). Cette "règle d'or" devra, de préférence, être inscrite dans la constitution. Au delà d'un déficit de 3% du PIB, les sanctions pour le pays en faute seront quasi automatiques.
Si le pays est sanctionné, la commission européenne (pour rappel non élue ...) interviendra dans l'élaboration du budget de l'Etat pour demander des "réformes structurelles" (par exemple privatisations, baisse des prestations sociales ....)
1. C'est un sérieux coup de poing donné à la démocratie : En effet, dans toute démocratie c'est le parlement, donc les représentants du peuple, qui votent le budget. Or la commission européenne ou la cour européenne de justice qui pourront imposer leurs vues budgétaires ne sont pas élues. Les députés français ne peuvent en aucun cas brader la démocratie de cette manière, il faut au minimum un vrai débat national.

2. Ce pacte supprime quasiment toute politique de relance économique de type "keynésienne", c'est à dire dépenser plus pendant les crises pour, d'une part, amortir le choc pour les populations qui subissent la crise (aide sociale) et, d'autre part, créer les conditions d'une relance économique. 
A l'inverse, les recettes fiscales qui, pendant une crise économique, sont en baisse, entraineront de facto une baisse des dépenses pour respecter les critères de déficit tels que définis par le pacte budgétaire. C'est à dire que l'austérité deviendra systématique. Cette austérité accentuant la baisse des recettes, c'est au final un effet boule de neige qui mènera à une austérité permanente. La Grèce en est l'exemple le plus frappant.

Au final c'est tout le système social français qui risque de sombrer comme a sombré celui de la Grèce et dans un futur proche ceux de l'Espagne, du Portugal et de l'Italie.
Bref, c'est le rêve ultime de tous les libéraux qui est entrain de se mettre en place en Europe au bénéfice d'une minorité d'épargnants qui continuera à percevoir les intérêt sur la dette publique sans risque, sur le dos des populations les plus fragiles.

Voir ci-joint l'Appel des 200 pour un référendum sur le nouveau Traité européen. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire